Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de jr posho

l'actualité sur le PEOPLE et les informations sur les opportunités en R.D.Congo

Le film Noé et la Bible cartonne dans le box office

Publié le 23 Avril 2014 par jr posho

Disons d’emblée que les lecteurs de la Bible vont être déçus par cette reconstruction tirée plus de l’imagination du réalisateur que des « textes inspirés ». On comprend aisément le déluge de critiques que ce péplum biblique hollywoodien a suscité outre-Atlantique dans les milieux chrétiens, malgré son succès dans le box-office. Mais, heureusement, plusieurs points positifs peuvent être relevés.

- Darren Aronofsky s’est accordé une grande liberté dans sa lecture des chapitres 6-9 de la Genèse. Il reprend plusieurs thèmes ésotériques de la Kabbale juive ou du gnosticisme comme la peau du serpent du jardin d’Eden, les Veilleurs, anges déchus ressemblant aux Ents du Seigneur des Anneaux ou l’idée qu’Adam et Eve étaient des êtres « lumineux »… Noé a effectivement reçu la révélation de l’extinction de la race humaine, mais pas de sa propre famille comme le film le montre. Dieu annonce à Noé la fin de l’humanité, et il ajoute : « Mais j’établis mon alliance avec toi ; tu entreras dans l’arche, toi et tes fils, ta femme et les femmes de tes fils avec toi ». Les fils de Noé sont d’emblée accompagnés de leurs femmes, ce qui suppose une descendance à venir.

- Le délire de Noé dans son désir de tuer ses deux petites-filles nouveau-nées tranche avec la piété et l’amour pour sa famille décrit dans le texte biblique. L’épître aux Hébreux commente : « C’est par la foi que Noé, divinement averti des choses qu’on ne voyait pas encore, et saisi d’une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille; c’est par elle qu’il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s’obtient par la foi » (11.7). Probablement que le réalisateur a voulu combiner le récit de la grande mise à l’épreuve de la foi d’Abraham lorsqu’il offrit son fils Isaac (Ge 22).

- Le côté très écolo de Noé et sa grande préoccupation des animaux est à la mode, mais s’éloigne du texte biblique.

- La frontière entre le bien et le mal ressort assez bien dans la première partie du film, mais s’évanouit progressivement dans la suite. Noé devient trop souvent un égocentrique malade, enfermé dans une foi fanatique.

Points positifs

- Les images sont impressionnantes, les acteurs sont au top niveau.

- Aronofsky, tout en ayant pris du recul par rapport à sa foi juive, a osé se lancer sur un thème directement biblique. Il est vrai que sa « quête du sacré » ou de la spiritualité est présente dans plusieurs de ses autres films.

Le film Noé et la Bible cartonne dans le box office
Commenter cet article