Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de jr posho

l'actualité sur le PEOPLE et les informations sur les opportunités en R.D.Congo

MORT DE Michael Clarke Duncan

Publié le 4 Septembre 2012 par jr posho

582662 486655674677793 645574357 n

 

Michael Clarke Duncan vit une enfance difficile dans l'un des quartiers les plus défavorisés de Chicago. Il envisage tout d'abord de faire carrière dans le football américain, mais sa mère, qui l'élève seule, lui interdit de fréquenter les stades qu'elle juge trop dangereux.

Il continue ses études dans les transmissions à l'Alcorn State University dans l'État du Mississippi, mais a dû arrêter pour faire vivre sa famille, et s'occuper de sa mère, tombée malade. Il s'enrôle, sur les conseils de sa mère, dans une compagnie de gaz, la People Gas Company, dans sa ville natale. Dans le même temps, sa carrure lui permet de faire des petits boulots comme videur de boîtes de nuit.

Au milieu des années 1980, Michael Clarke Duncan rencontre un producteur de théâtre qui l'engage en tant qu'agent de sécurité dans la tournée de la pièce Beauty Shop, Part 2.

Il part pour Hollywood pour signer avec une petite agence et tourne dans des spots publicitaires. Peu à peu, son physique et sa stature hors norme (il mesure 1,96 m) lui valent d'être recruté sur les plateaux des grands studios. Entre temps, il travaille comme garde du corps pour Will Smith. En 1998, on le retrouve aux côtés de Bruce Willis et Ben Affleck dans Armageddon.

En 1999, son rôle dans La Ligne verte est unanimement acclamé par la critique et lui vaut deux nominations, à l'Oscar du second rôle et aux Golden Globes. Puis il enchaîne les blockbusters avec, entre autres, La Planète des singesLe Roi scorpionDaredevil ou encore The Island et Green Lantern.

Le 13 juillet 2012, il est hospitalisé à Los Angeles suite à un arrêt cardiaque. Sa compagne Omarosa Manigault-Stallworth pratique une réanimation cardio-pulmonaire avant de contacter les urgences2. Il meurt le 3 septembre 2012 à Los Angeles.

Commenter cet article